Terre crue, ou matériau terre, sont les termes utilisés pour désigner la terre, utilisée avec le moins de transformations possible en tant que matériau. Le terme terre crue permet surtout de marquer la différence avec la terre cuite : en effet, dans l’art, comme dans la construction occidentale contemporaine, le matériau terre se trouve le plus couramment sous sa forme cuite (céramique: poterie, briques de terre cuite, tuiles, carreaux, etc.).

Le mortier de terre est un mortier fait avec de l’argile ou de la terre crue. De par la disponibilité de la matière première, ce type de mortier est ou a été probablement employé partout dans le monde depuis des temps immémoriaux éventuellement en remplacement de la chaux. Les Incas par exemple ne connaissaient pas d’autre mortier

Le béton de terre, est un matériau de construction à base de terre crue argileuse, traditionnellement connu sous les termes de pisé ou de torchis.

 

En construction, les termes que l’usage ou la culture a consacrés sont multiples, mais ils désignent finalement tous un matériau de base très semblable, constitué par une pâte ou une boue contenant plus ou moins d’argile ou de limon — ce que les anciens appelaient terre franche — éventuellement dégraissée au sable, éventuellement fibrée de foin ou de paille ou d’autres fibres végétales, additionnée de différents matériaux qui vont modifier ses propriétés (chaux, urine de bestiaux, etc.) utilisée comme mortier ou appliqué comme enduit (le mortier de terre), en remplissage d’une ossature (torchis, hourdage, bousillage, etc.), empilé (bauge), coffré (pisé, béton de terre, etc.), découpé ou modelé sous forme de briques crues (adobe, banco, brique de terre compressée , etc.) ou simplement foulé au sol (terre battue).